iOS et Android : 6 applications scolaires sur 10 exploitent les données des élèves

sioux falls school district icone app ipa iphone ipad Nous sommes aujourd'hui dans un monde où les données personnelles ont une très grande valeur, quel que soit l'âge de l'utilisateur. Toutes les données récupérées sont vendues à des entreprises tierces pour connaître vos goûts, vos passions et ce que vous pourriez prochainement acheter dans un avenir proche. Si c'est devenu banal sur des applications comme Facebook, récupérer les données personnelles sur des applications scolaires reste quelque chose de choquant.

L'étude qui dévoile un véritable business derrière les apps scolaires

On pensait réellement que les enfants et adolescents étaient protégés par les développeurs en ce qui concerne la collecte des données personnelles. Visiblement, ce n'est pas le cas si on en croit une récente étude de ME2B Alliance. Après plusieurs mois à observer de près le fonctionnement de plusieurs applications utilisées dans les établissements scolaires ou pour le travail à distance, il s'avère que 6 applications scolaires sur 10 envoient les données des élèves à des entreprises tierces pour gagner toujours plus d'argent.

Au total, 73 applications utilisées dans 38 écoles dans 14 États aux États-Unis, comme Sioux School par exemple, ont fait l'objet d'une surveillance très stricte des organisateurs de l'étude.
Les dirigeants de l'étude ont signalé des statistiques consternantes pour le respect de la vie privée des écoliers. Environ 60% des applications ont extrait les données pour les envoyer à des entreprises tierces. Parmi les "acheteurs", on retrouve (sans surprise) : Google et Facebook, deux géants américains qui sont bien connus pour se "gaver" de données personnelles.

enfant avec un ipad

Image by Family Sphere

Ce que fait aussi remarquer l'étude, c'est que les écoles publiques ont très probablement utilisé un financement dédié de l'État pour aider au développement ou externaliser les applications qui vendent les données des élèves.
ME2B Alliance n'a pas remarqué une grosse différence par rapport aux écoles publiques et privées, 67% des applications utilisées dans le public ont envoyé les données contre 57% pour le privé.

Les données ont aussi été envoyées vers des sociétés à "très haut risque"

L'autre constatation troublante, c'est l'envoi des données vers des sociétés tierces "à très haut risque". En effet, il est expliqué qu'environ 18% des applications utilisées dans les écoles publiques ont vendu les informations vers des sociétés qui n'ont pas une bonne réputation. 
Entendez par là, des sociétés qui achètent des données personnelles et qui les partagent des milliers de fois vers d'autres sociétés pour optimiser les revenus.
En général, ce sont des entreprises qui n'ont aucun scrupule à vendre des données personnelles sensibles sur un enfant de 8 ans à plusieurs tiers.

Un problème constaté majoritairement du côté d'Android

iOS et Android sont tous les deux concernés dans cette étude, pour faire simple, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Cependant, les applications sur l'OS de Google sont jusqu'à trois fois plus susceptibles d'envoyer des données à un tiers que les applications sur iOS.
Pire encore, la statistique d'envoi des données à des tiers "risques élevés" monte jusqu'à 91% sur Android, quand elle est à seulement 26% sur iOS. Pour l'envoi à des tiers au risque "très élevé" on est à 20% sur Android contre 2,6% sur iOS.

Si les résultats de cette étude sont surprenants, les révélations auraient pu être bien pires si les organisateurs avaient été jusqu'au bout de leurs recherches :

Notre recherche n'a pas inclus un examen plus approfondi des tiers pour comprendre si ces entités prenaient ou non soin des données des élèves, en particulier pour les enfants de moins de 13 ans, ce qui est important à la lumière de la Children's Online Privacy Protection Act of 1998 (COPPA), qui décrit les exigences relatives au traitement des renseignements personnels des enfants de moins de 13 ans. 85 % des écoles incluses dans cette analyse ont des élèves de moins de 13 ans.

L'étude explique aussi que sur l'App Store on retrouve maintenant les détails sur les informations récoltées, ce qui est une bonne chose. Cependant, comme sur Android, il n'est pas mentionné vers quelles sociétés sont expédiées vos données personnelles.

Source

Pour aller plus loin

Vous aimerez peut-être


Suivez-nous avec notre app iSoft
Donner votre avis
Si vous avez besoin d'aide sur un autre sujet, rendez-vous sur notre Forum iPhone.

 





Les réactions

1 J22 - iPhone

05/05/2021 à 19h10 :

Quelle surprise.

Bloqueur de publicité

iPhoneSoft finance la production de son contenu et ses serveurs grâce à une publicité modérée et non intrusive. Merci d'ajouter iPhoneSoft.fr en exception de votre bloqueur de publicité.