Deux policiers américains licenciés pour avoir joué à Pokémon GO

pokemon go icone jeu ipa iphone ipadUne cour d'appel de Californie a confirmé le licenciement de deux agents de police de Los Angeles qui ont été surpris en train de jouer à Pokémon Go au lieu de répondre à un appel du central pour un cambriolage au Crenshaw Mall en 2017. Les deux policiers étaient partis à la recherche de Ronflex, un Pokémon connu pour sa tendance à la sieste.

La sanction confirmée pour les policiers adeptes de Pokémon GO

Dans son arrêt rendu vendredi, la cour d'appel de Californie a confirmé une décision antérieure d'un tribunal local selon laquelle la décision du département de police de Los Angeles de licencier les deux agents était justifiée. Ce faisant, elle a rejeté l'allégation concernant l'utilisation inappropriée d'un enregistrement vidéo numérique de leurs conversations privées dans le but de prouver leur écart de conduite, ainsi qu'à tout manquement pendant l'interrogatoire sur leurs actions par un superviseur sans représentation légale ou syndicale présente. Voilà qui scelle le sort de Louis Lozano et Eric Mitchell, après près de cinq années de bataille judiciaire pour annuler leur licenciement.

Greg Yacoubian, un avocat des agents, a déclaré qu'ils étaient "évidemment déçus" par la décision et qu'ils "réfléchissaient à la manière de procéder".
De son côté, le bureau de l'avocat de la ville, Mike Feuer, n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

pokemon go

Les faits reprochés aux policiers

L'incident rapporté par le LA Times s'est produit lors d'une journée chargée au mois d'avril 2017, alors que Lozano et Mitchell étaient affectés à une patrouille à pied dans le quartier de Crenshaw, et qu'il y avait "plus d'appels que de voitures de police disponibles pour répondre", selon les dossiers judiciaires.

Lorsqu'un appel pour un vol en cours avec plusieurs suspects au centre commercial Crenshaw Mall est arrivé, un capitaine dans la zone a répondu, mais Lozano et Mitchell, qui étaient également dans la zone, ne l'ont pas fait - ce qui a soulevé des questions sur leur localisation de la part de leur superviseur de patrouille, le sergent Jose Gomez.

Gomez a contacté Lozano et Mitchell par radio pour savoir s'ils pouvaient se rendre au centre commercial, mais n'a pas obtenu de réponse, selon le dossier du tribunal. Plus tard, Gomez a interrogé Lozano et Mitchell sur l'incident, et ils ont dit qu'ils étaient dans un parc avec de la musique forte, en train de discuter avec des membres de la communauté et qu'ils n'avaient pas entendu l'appel radio.

Le lendemain, Gomez, toujours circonspect par rapport à l'incident, a décidé d'examiner la vidéo embarquée du véhicule de Lozano et Mitchell pour voir ce qui se passait. Grâce à la caméra obligatoire dans les véhicules de police, il a déterminé que les officiers avaient entendu l'appel radio, en avaient discuté et avaient décidé de ne pas répondre.

L'enquête ultérieure des affaires internes a révélé que les officiers jouaient à Pokémon Go à ce moment-là. Vous savez très certainement que le jeu de Niantic et Nintendo utilise la technologie de géolocalisation pour inciter les joueurs à rechercher des créatures Pokémon dans leur environnement physique réel, puis à les "capturer" grâce à la réalité augmentée. Ce fût le carton de l'été 2016.

La vidéo embarquée a montré que Mitchell avait alerté Lozano qu'un personnage Pokémon spécifique connu sous le nom de "Snorlax" (ou "Ronflex" en français) était à proximité dans le jeu. Ils ont alors utilisé leur voiture de fonction pour aller vers différents endroits susceptibles d'accueillir les créatures virtuelles. Si vous vous posez la question, les deux agents de la force publique n'ont pas tout perdu car ils avaient bel et bien réussi à menotter Ronflex, mais ont buté sur Togetic. Mitchell avait même laissé échapper « ce truc est en train de me dérouiller » à son collègue...

Une excuse qui ne passe pas

Selon les documents du dossier, les deux héros ont donné diverses excuses pour justifier leurs actions, notamment le fait que le capitaine qui avait répondu au vol n'avait pas demandé de renfort. Cependant, les responsables de la police ont néanmoins inculpé les agents de plusieurs chefs d'accusation pour mauvaise conduite, notamment pour ne pas avoir répondu à un vol en cours, pour avoir fait de fausses déclarations aux superviseurs et aux enquêteurs, et pour avoir joué à Pokémon Go alors qu'ils patrouillaient dans leur véhicule de police.

Les officiers ont plaidé coupable pour ne pas avoir répondu à l'appel radio, mais non coupable pour les autres chefs d'accusation. Ils ont nié qu'ils jouaient à Pokémon Go, mais ont admis avoir quitté leur patrouille pour trouver Ronflex dans le cadre d'un "événement de médias sociaux" lié au jeu, dans le cadre d'une "patrouille supplémentaire" et pour "chasser cette créature mythique". Vous n'y comprenez plus rien ? C'est normal, ils ont changé au moins trois fois de version...

Cela vous donne envie de rejouer à Pokémon Go ?

Télécharger le jeu gratuit Pokémon GO



pokemon go capture jeu ipa iphone ipad

Vous aimerez peut-être


Nos derniers articles


Suivez-nous avec notre app iSoft
Articles populaires
Donner votre avis
Si vous avez besoin d'aide sur un autre sujet, rendez-vous sur notre Forum iPhone.

 





Les réactions

2 lebossraki3 - iPhone

12/01/2022 à 02h27 :

Du coup l’histoire ne raconte pas si ils ont attraper le ronflex !!! Puis Franchement des braquages et autres interventions y en n’aura d’autre m imagine un ronflex shiny .....

1 Azael - iPhone

11/01/2022 à 19h05 :

😂😂 je rigole mais bon… dure pour eux mais chaque choses en son temps quoi..😂

Bloqueur de publicité

iPhoneSoft finance la production de son contenu et ses serveurs grâce à une publicité modérée et non intrusive. Merci d'ajouter iPhoneSoft.fr en exception de votre bloqueur de publicité.