Citizen Jobs au théâtre ? A éviter...

Apple actualitéSi vous n'êtes pas un fan absolu de théâtre contemporain, du metteur en scène Jean-François Peyret, ou de l'acteur néerlandais Jos Houben, n'allez surtout pas voir Citizen Jobs au Centquatre à Paris. Vous risqueriez de vous sentir lésés.

Pour 20 € en plein tarif, vous aurez droit a un monologue sans queue ni tête de plus d'une heure, entre un français mal maîtrisé et un anglais inutile. Un vrai calvaire où l'interprétation loufoque donnerait presque des fous rire nerveux, malgré le sujet pourtant très vendeur.


citizen jobs
 

Si vous lisez iPhoneSoft régulièrement, vous n'apprendrez absolument rien sur le co-fondateur d'Apple et si vous aimez les nouvelles technologies, ne vous emballez pas. "L'effet spécial" le plus impressionnant consiste en une pomme tenue en l'air par un fil invisible. Super...

Pour vous donner un peu une idée de l'oeuvre en question, voici la présentation sur le site du Centquatre, qui accueille cette pièce jusqu'au 15 mars. Si vous ne comprenez pas grand-chose à ce texte, vous n'êtes pas le seul :

"Cherchez la pomme. Et observez-là comme un autre Rosebud, cette vraie-fausse clef de Citizen Kane. Chez Jean-François Peyret, le J. de Jobs, Steve de son prénom, le défunt guide-gourou d’Apple, fait écho au K. de Charles Foster Kane. Si la créature de Welles incarnait l’Amérique de la presse, Jobs serait sa propre créature, un produit dérivé du numérique.

Dans la pomme de cristal adoptée par Jobs, Peyret a vu se décliner les mythes d’une sainte écriture américaine. Celle de l’accomplissement personnel. Passent le bricoleur dans son garage, le hippie cherchant la vérité en Inde, l’entrepreneur prophétique rebondissant malgré les échecs, le boss colérique, le designer raffiné dopé au Bauhaus, le milliardaire secret.

Celui qu’il nomme tantôt le "Che de la Silicon Valley" et tantôt le "James Dean" manie comme nul autre l’art du marketing. Il est une star du music-hall vidéo-planétaire. Un acteur dosant habilement le suspense des keynotes. De quoi susciter la curiosité d’un autre acteur, Jos Houben, maître de l’art du rire, qui accompagnait déjà Peyret dans cet autre tome de la légende américaine, le Walden de Citizen Thoreau - un texte de référence pour Jobs. Entre Jos et Jobs, nul risque de confusion, pas l’ombre d’une incarnation projetée dans le flux d’un biopic théâtral, mais l’élaboration d’un geste juste pour une geste nourrie par l’art critique du comédien, la mise en route d’une machine-corps exceptionnelle, qui vient en quelque sorte, prendre l’homme à la pomme par le travers, à l’abordage.


Pour être tout à fait complet, il faut tout de même souligner que le magazine en ligne Théâtre-on-Line a fait de cette pièce son Coup de coeur, voici un extrait de la présentation :

"Entre Jos et Jobs, nul risque de confusion, pas l’ombre d’une incarnation projetée dans le flux d’un biopic théâtral, mais l’élaboration d’un geste juste pour une geste nourrie par l’art critique du comédien, la mise en route d’une machine-corps exceptionnelle, qui vient en quelque sorte, prendre l’homme à la pomme par le travers, à l’abordage."

Pourtant, lors de la représentation de mercredi, les silences gênants ont été nombreux, au moment où l'acteur s'attendait très certainement à des applaudissements. Preuve de l'accueil très frais du public, malgré des applaudissements polis en fin de spectacle.


Suivez-nous avec notre app iSoft
Réagir
Si vous avez besoin d'aide sur un autre, rendez-vous sur notre Forum iOS.

 





Les réactions

6. Victor

08/03/2015 à 11h41 :

@Tous,

C'est ce que j'essayais de dire. J'ai été super déçu, mais je m'y attendais un peu. Et si moi je n'ai pas aimé, cela ne veut absolument pas dire que personne n'aime. Mais ça aidera certains à se faire leur opinion.

5. Théâtre

08/03/2015 à 07h56 :

@Pygmalata - iPhone :
+1

Pourtant out était dit dans le texte de présentation : "pas l’ombre d’une incarnation projetée dans le flux d’un biopic théâtral". Il y a donc méprise si l'on s'attend à voir raconter la vie de Steve Jobs.
Il n'y a pas arnaque. Jean-François Peyret est un auteur reconnu sur les scènes subventionnées.
Mais je comprends que l'on aime pas si on a pas les codes.

4. sedi - iPhone

07/03/2015 à 17h27 :

Un texte coécrit avec Samsung :p

3. Pygmalata - iPhone

07/03/2015 à 16h12 :

Je ne dirai rien sur la pièce, je n'ai aucune envie d'aller la voir - d'ailleurs vous m'apprenez son existence. Je ne dirai rien non plus sur votre critique de cette dernière, mis à part que l'ont sent vraiment votre déception. Cependant, si vous n'avez pas réussi à comprendre le petit texte (qui n'a pourtant rien d'extraordinaire), il ne fallait pas y aller, c'était clair que ce serait du même acabit.

2. SfJo - iPhone premium

07/03/2015 à 12h11 :

@Tom - iPhone
mais on sent qu il a du voir la piece. et a vraiment ete deçu. et veut eviter ceci a d autre.
le mec qui a ecrit le texte il doit en prendre de la bonne lui par contre

1. Tom - iPhone

07/03/2015 à 11h19 :

Iphone soft qui fait de la critique théâtrale ! On aura tout vu !

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicité !

iPhoneSoft finance la production de son contenu et ses serveurs grâce à la publicité. Merci d'ajouter iPhoneSoft.fr en exception de votre bloqueur de publicité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies sur le site et nos partenaires tiers pour personnaliser le contenu, la publicité ainsi que pour les mesures d'audience. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.

En savoir plus