Des documents révèlent la stratégie de défense de l'écosystème d'Apple

actualite apple iphone ipad macDes documents mis en évidence par The Verge et divulgués dans le cadre du procès Apple vs Epic Games ont révélé qu'Apple avait discuté de projets de téléchargement d'applications hors App Store, le blocage des utilisateurs dans son écosystème à l'aide de cartes-cadeaux, et la lutte contre le chaos dans le processus d'examen de l'App Store.

 

Apple fait tout pour garder ses clients

Plusieurs des documents internes concernent des discussions internes sur la possibilité de télécharger des applications iPhone en dehors de l'App Store. Certaines de ces discussions sont peut-être allées plus loin que prévu, puisqu'en 2008, le chef du logiciel Scott Forstall a demandé à Steve Jobs quel texte devrait apparaître aux utilisateurs d'iOS lorsqu'ils souhaitent ouvrir une application chargé hors des sentiers battus. Jobs a accepté l'alerte suivante : « Êtes-vous sûr de vouloir ouvrir l'application « Monkey Ball » du développeur « Sega » ? »

En octobre 2010, Jobs a déclaré lors d'une présentation de stratégie d'entreprise qu'un objectif clé de l'entreprise serait d'utiliser le cloud pour « lier tous nos produits ensemble, afin de verrouiller davantage les clients dans notre écosystème ».

En 2013, le vice-président senior des logiciels et services d'Apple, Eddy Cue, a salué le potentiel de regrouper des cartes-cadeaux iTunes avec de nouveaux appareils Apple au lieu de les mettre en vente pour enfermer davantage les clients dans l'écosystème de l'entreprise et les dissuader de changer de marque. Il a également explosé de colère contre l'équipe Apple Store pour son désintérêt envers la vente de cartes-cadeaux iTunes Store.

Qui va acheter un téléphone Samsung s'il a déjà acheté des applications, des films, etc. ? Ils doivent maintenant dépenser des centaines de dollars de plus pour arriver là où ils sont aujourd'hui.

Sur une note connexe, nos magasins Apple (en ligne et au détail) sont les seuls distributeurs dans le monde à avoir diminué d'année en année les ventes de cartes iTunes. Nous recommençons à progresser dans le commerce de détail mais c'est toujours une bataille difficile. Nos équipes ne comprennent tout simplement pas l'écosystème. Nous (Val et l'équipe) venons d'apprendre de Jennifer que les cartes iTunes ne sont pas une priorité pour elle. C'est ridicule. Qui quitte les produits Apple une fois qu'il a acheté des applications, de la musique, des films, etc. !

[...]

...En attendant, Samsung fait des remises et distribue des conneries partout...

Samsung pousse maintenant les cartes Google Play avec un placement juste en dessous des téléphones -

Nous n'avons pas mis nos cartes avec nos présentoirs de produits (chez des tiers) depuis l'iPod. Ils doivent être à un endroit différent. Nous devrions avoir des cartes-cadeaux sur les tables comme nous le faisons dans la vente au détail Apple. Nous devrions également envisager de les fixer sur tous les portants de quincaillerie.

app store 2020 top

L'App Store est bel et bien chasse-gardé

En 2012, Cue a demandé au directeur de l'‌App Store‌ Matt Fischer que Shazam ne figure pas en tête de gondole sur l'‌App Store‌ :

Pas de promotion... nous n'allons pas promouvoir quelque chose dont l'objectif est de remplacer notre lecteur de musique à moins qu'il ne soit nettement meilleur que notre lecteur et ce n'est pas le cas.


Apple a ensuite racheté Shazam en 2018. En 2016, Elizabeth Lee d'Apple a déclaré que "Bien qu'il s'agisse de nos applications les meilleures et les plus brillantes, Matt se sent extrêmement fort de ne pas présenter nos concurrents sur l'App Store", lorsqu'on lui a demandé pourquoi l'entreprise pourquoi ils veulent pas mettre en évidence les applications de Google et d'Amazon. Le fil de discussion suggérait qu'il s'agissait d'une pratique standard de l'App Store, certaines applications concurrentes étant vues "à travers une lentille légèrement différente de la plupart".

Le Mac App Store à la peine

En 2015, le PDG d'Apple, Tim Cook, a abordé le problème du manque d'attractivité du Mac App Store, le mettant sur le compte d'un manque d'applications de jeu et de productivité : « Je pense que le manque de jeu (ainsi que le manque d'applications de productivité natives) est le principale raison pour laquelle le ‌Mac App Store‌ est en sommeil." Le chef du marketing d'Apple, Phil Schiller, a répondu :

Nous et les principaux développeurs de jeux avons essayé des jeux haut de gamme sur Mac... mais nous n'avons pas réussi à générer des affaires importantes dans cette catégorie.

[...]

Sur le front des applications de productivité natives, cela commence et se termine avec Microsoft et Adobe. Ni l'un ni l'autre n'est sur le magasin parce qu'ils n'ont pas à l'être. Ils peuvent être sur Mac et distribués aux utilisateurs sans partager les revenus avec nous, en suivant nos règles sur l'ingénierie des applications et les modèles commerciaux, ou passer par n'importe quel processus d'examen des applications.

La validation des applications est un casse-tête au quotidien

De nombreux documents divulgués ont montré comment les dirigeants d'Apple ont réagi aux échecs répétés du processus d'examen de l'App Store. En février 2012, Schiller fulminait :

Qu'est-ce que c'est que ça???

Rappelez-vous que nous parlions de trouver de mauvaises applications avec de faibles notes ?

Vous vous souvenez de notre discours sur le fait de devenir les « Nordstroms » des magasins en matière de qualité de service ?

Comment une arnaque évidente du très populaire Temple Run, sans captures d'écran, sans texte marketing et presque toutes les évaluations 1 étoile, devient-elle l'application gratuite n°1 sur le magasin ?

Quelqu'un peut-il voir une arnaque d'un jeu le plus vendu ? Quelqu'un voit-il une application qui trompe le système ?

Personne n'examine ces applications ? Personne ne s'occupe du magasin ?

C'est insensé!!!

En 2015, Schiller a demandé à l'équipe ‌App Store‌ de "développer un système pour trouver automatiquement les applications les moins bien notées et les purger !!"

En février 2019, une application frauduleuse qui prétendait pouvoir mesurer la pression artérielle à l'aide de l'appareil photo de l'iPhone et du bout du doigt a atteint le premier classement de l'App Store pour les applications médicales. Plus tard cette année-là, les applications qui prétendaient pouvoir mesurer la fréquence cardiaque d'un utilisateur via Touch ID a également fait l'objet d'un examen interne après avoir été accepté sur l'App Store au cours du processus d'examen.

Tom Reyburn d'Apple a apparemment admis que "LinkedIn a été rejeté pour avoir utilisé le même langage sur son bouton d'action d'abonnement qu'Apple utilise dans ses propres applications". "Ce n'est pas juste, mais apparemment c'est comme ça", a répondu Shaan Pruden, directeur principal des relations avec les développeurs d'Apple. Reyburn a ajouté : "Amazon se plaint également de cela. Nous devons avoir un ensemble de règles que toutes les applications suivent, qu'elles proviennent d'Apple ou de développeurs tiers."

Apple s'est également rendu compte qu'elle avait autorisé à tort deux jeux distincts mettant en vedette des fusillades dans des écoles sur l'App Store, sept mois après leur approbation. Les discussions ont attribué l'erreur au fait qu'"il a fallu 32 secondes au total pour examiner les deux applications". Dans un cas similaire, Schiller a demandé comment un jeu sur le tir de manifestants était accepté pendant le processus d'examen.

La commission au coeur des discussions

Séparément, les documents montrent qu'en 2011, Schiller a suggéré qu'Apple pourrait "passer de 70/30 à 75/25 ou même 80/20 si nous pouvons maintenir un taux d'exécution de 1 milliard de dollars par an", en termes de commissions ‌App Store‌, puisque le taux de commission de 30% « ne durerait pas éternellement ».

Il a également proposé un programme appelé « Jump Start » en juin 2018, qui aurait remis la moitié des 30 % de commission d'Apple aux développeurs au cours de leur première année à consacrer à la publicité iAd. Cette idée semble être un précurseur du programme « App Store Small Business » lancé l'an passé.

En vrac

En février 2020, le responsable de la fraude d'Apple, Eric Freidman, a déclaré qu'Apple était "la plus grande plate-forme de distribution de pornographie juvénile". Il n'est pas clair si ces discussions étaient liées aux fonctionnalités de sécurité pour les enfants récemment annoncées par Apple.

D'autres découvertes et informations intéressantes tirées des divulgations de documents internes ont confirmé qu'Apple avait offert à Netflix une commission réduite de 15%, un peu comme son accord avec Amazon Prime Video, au lieu de son taux habituel de 30%. Schiller a ajouté qu'en termes de "niveau de menace", l'Amazon Appstore représentait un concurrent "très sérieux" pour Apple, et au deuxième trimestre 2016, l'App Store est devenu plus rentable que le Mac et l'iPad pour l'entreprise.

Voilà à peu près tout ce qu'on pouvait déduire des documents divulgués pendant le procès qui attend toujours son verdict.

Pour aller plus loin

Vous aimerez peut-être


Suivez-nous avec notre app iSoft
Donner votre avis
Si vous avez besoin d'aide sur un autre sujet, rendez-vous sur notre Forum iPhone.

 





Les réactions
Aucun commentaire pour le moment.
Bloqueur de publicité

iPhoneSoft finance la production de son contenu et ses serveurs grâce à une publicité modérée et non intrusive. Merci d'ajouter iPhoneSoft.fr en exception de votre bloqueur de publicité.